Site allemand de l’académie de Versailles
Académie
Accueil du site > Dossiers thématiques > Compréhension orale > Comment élaborer des stratégies de compréhension de l’oral et donner du sens à (...)

« Entraîner, évaluer la compréhension orale »

Comment élaborer des stratégies de compréhension de l’oral et donner du sens à l’entraînement ?

vendredi 1er octobre 2010, par Nicole Thiery-Chastel

Donner du sens à l’activité et motiver l’écoute

 Présentation de l’expérimentation

- Profil de la classe : Classe de Terminale euro, 14 élèves, de B1 vers B2
- Observations  :

  • La quasi-totalité des manuels proposent des stratégies de compréhension et d’expression écrite, ou d’expression orale, mais rien en compréhension de l’oral.
  • Les activités de CO sont globalement situées en début de séquence, et se présentent par conséquent comme une sorte d’exercice académique. Elles sont très souvent adossées à un travail d’expression (Ecrite ou orale)
  • Les objectifs en demeurent flous : quelle est la part de l’entraînement et de l’évaluation ? Qu’apportent véritablement ces exercices aux élèves en termes de savoir-faire ?

- Diagnostic  : la compréhension de l’oral reste pour beaucoup d’élèves un exercice intuitif, pour lequel ils n’ont pas ou peu d’indications méthodologiques ni de stratégies.
- Objectifs :
Tester la compréhension comme aboutissement d’une activité, par la mise en œuvre des acquis lexicaux et culturels travaillés en amont.
- Niveau visé : B2

 La mise en œuvre de l’expérimentation

a) Réaliser une affiche à partir d’un slogan donné par le professeur.
Les élèves sont répartis en groupes de 2 ou 3.La thématique est libre, il s’agit de créer un document pertinent et d’en exposer l’élaboration en EO.
Dans cette séquence, la classe utilise un slogan publicitaire un peu provocateur, contenant un jeu de mots, qui peut être ou non en relation avec la thématique que la classe vient d’étudier. Une recherche d’images sur le net donne des résultats rapides et utilisables. Le slogan est proposé par le professeur, qui l’a repéré sur une affiche. Mais on peut aussi confier ce travail aux élèves, qui négocieront alors le choix du slogan utilisé pour le travail, sans montrer l’affiche d’origine.
Exemple : « Spielen Sie nicht blinde Kuh ! » : deux documents sur le blog du Lycée A. Dumas ( le temps de chargement du document est assez long)

b) Expression orale en interaction :
Présenter à la classe son affiche et un commentaire sur le travail réalisé.
- Elaboration de la grille d’évaluation au tableau : la classe et le professeur établissent les critères.
Deux niveaux sont visés :
B1 : Peut faire un exposé simple et direct, préparé, sur un sujet familier dans son domaine qui soit assez clair pour être suivi sans difficulté la plupart du temps et dans lequel les points importants soient expliqués avec assez de précision.
B2 : Peut développer un exposé de manière claire et méthodique en soulignant les points significatifs et les éléments pertinents.

Le professeur et les élèves précisent ensemble la place qui sera accordée à la réalisation de la tâche (l’affiche) en ciblant, là aussi, des critères. Enfin, ils décident si chaque membre du groupe doit pouvoir faire la présentation en entier, ou s’il s’agit d’une présentation à plusieurs voix.
- Préparation et entraînement dans les groupes : les élèves préparent des fiches de notes, et s’entraînent en fonction de la fiche d’évaluation qui a été élaborée en commun.
- Présentation des affiches à la classe. Evaluation/co-évaluation par le groupe.

c) Compréhension orale en deux volets, sur un fichier son enregistré par l’assistante :
Ce fichier est en deux parties :
- description de l’affiche qu’elle aurait faite si elle avait été à la place des élèves/ été une élève, et justification de ses choix. Le discours de l’assistante procède selon le même schéma que celui qui a été adopté par les élèves.
- description de l’affiche originale.

Là aussi, deux niveaux sont visés :
B1 : peut comprendre les points principaux d’une intervention sur des sujets familiers.
B2 : Peut suivre une intervention d’une certaine longueur et une argumentation complexe à condition que le sujet soit assez familier et que le plan général de l’exposé soit indiqué par des marqueurs explicites.

 Analyse du professeur à partir de ses observations

→ Les élèves connaissent la structure du discours, ils ont eux- mêmes travaillé beaucoup d’éléments lexicaux qui reviennent. Ils peuvent donc accorder toute leur attention aux éléments nouveaux. L’exercice est semi-préparé. Il leur permet de prendre conscience de l’importance des éléments méthodologiques (compréhension globale, éléments de progression du discours, etc.). Selon le niveau de la classe, on peut aussi faire procéder à une écoute ciblée sur un élément particulier (mots de liaison par exemple).
→ La démarche est ludique, et les élèves sont très curieux des travaux des autres. Le sens de l’écoute est donc inhérent à la séquence. Le travail de l’assistante n’est pas présenté, il est décrit. On pourrait d’ailleurs imaginer que les élèves dessinent l’affiche décrite par l’assistante ou l’affiche originale.
→ Le décalage entre les réalisations des élèves et l’affiche originale fournit un vrai sujet de discussion dans la classe.
→ La principale difficulté concerne la réalisation de l’affiche et la correction linguistique : de façon idéale, il faudrait pouvoir prendre le temps de contrôler les textes de l’affiche avant sa réalisation, ce qui n’est pas toujours possible, surtout dans ces niveaux où l’essentiel de la réalisation de l’affiche se fait hors cours.
→ Si l’on souhaite procéder à une mise en ligne des productions graphiques et/ou orales, il faut obtenir au préalable l’autorisation des parents.

 Bilan et perspectives

  • Les élèves sont placés en situation de réussite grâce à une attente très préparée, ce qui permet de dédramatiser l’exercice. L’investissement personnel est porté par le sens de l’écoute (satisfaire la curiosité).
  • Cette démarche permet de fixer des éléments méthodologiques pour chacun et de mettre les stratégies en lumière de façon personnalisée. On peut déboucher sur la formalisation d’éléments méthodologiques qui serviront de base pour des exercices ultérieurs.
  • On peut moduler les objectifs en fonction des capacités des élèves dans cette compétence. Cela permet aussi de décliner les différents objectifs que l’on peut poursuivre dans la compréhension de l’oral.

Voir en ligne : Retour au sommaire du dossier


Site académique d'allemand
Responsable éditorial : M. Pierre-Yves Duwoye, recteur - Responsable de la rédaction : Mme. Torres, IA-IPR
Webmestre : Katrin Goldmann