Site allemand de l’académie de Versailles
Académie
Accueil du site > Ressources > Histoire & Civilisation > Sankt Martin - Saint Martin

Sankt Martin - Saint Martin

mercredi 10 novembre 2010, par Corinne Marchois

Le jour de la St Martin, le 11 novembre, en Allemagne, à la nuit tombante, les enfants font un défilé la nuit en portant des lanternes (Laterne), précédés par Saint Martin, chevauchant son cheval. Les enfants chantent les chansons de la saint Martin (Martinslieder). Rassemblés devant le feu de joie (Martinsfeuer), ils reçoivent un Weckmann, brioche en forme de bonhomme en pain d’épices.

Nous proposons que tous les enfants apprenant l’allemand s’associent à cette fête populaire en Allemagne.

Au CE2, les élèves apprendront une chanson ( Laterne, Laterne) et confectionneront une lanterne. On pourra organiser un défilé dans l’école, le quartier ou la ville. Cet évènement (fabrication des lanternes et défilé) pourrait être fixé par des photos.

Au CM1, les élèves apprendront une autre chanson (Ich geh mit meiner Laterne). La même mise en scène qu’au CE2 pourra être proposée.

Au CM2, les élèves travailleront à partir d’images séquentielles sur la légende, qu’ils associeront à de petits textes. Rechanter l’un des chants appris sera naturellement apprécié.

 CE2 : travail autour du chant « Laterne, Laterne »

1° - Raconter aux enfants l’histoire et la légende de St Martin (en français). La légende est retranscrite dans la partie III. Une illustration de ce personnage est donnée dans la partie II.

2° - Faire écouter la chanson en allemand (imprégnation de l’air, des sonorités)

Laterne, Laterne,
Sonne, Mond und Sterne
Brenne auf mein Licht
Brenne auf mein Licht
aber nur meine liebe Laterne nicht

Demander aux élèves s’ils ont réussi à comprendre quelque chose : des mots, une idée….

3° - Phase de présentation sur la comptine :
Rechanter la comptine et montrer au fur et à mesure les BK (= Bildkarten). Vous pouvez vous faire faire les dessins pour les Bildkarten par les élèves eux-mêmes ou alors consulter des sites d’images libres de droits pour faire cinq cartes : des enfants portants des lanternes, le soleil, la lune, les étoiles, une bougie allumée.

« Laterne, Laterne, Sonne, Mond und Sterne » . « Brenne auf , mein Licht » : Expliquer le mot « Licht » s’il fait beau, montrer la lumière du soleil, allumer la lumière électrique ou allumer une bougie.
« Mein » : faire le geste de la main (en se frappant légèrement la poitrine)
« Brenne auf ! » allumer une bougie, dire « das Licht brennt » .

4° - Phase de travail sur la comptine :
a - compréhension orale/ écoute active : - affichage des BK dans la classe, (une pour chaque mot : Sonne, Laterne, Mond, Stern, Licht). Annoncer « Wo ist die Laterne ? » par exemple. Les élèves doivent montrer à quel endroit est affichée la lanterne. Poursuivre pour l’ensemble du lexique.
- distribuer les BK (faire en sorte que chaque élève en ait une) , annoncer par exemple « die Sonne », les élèves qui possèdent cette BK doivent la lever.
- « Course à l’échalote » : placer les BK au tableau (une pour chaque mot : Sonne ; Laterne, Mond, Stern, Licht) ; demander à 10 élèves de venir se placer sur 2 files, face au tableau. Vous annoncez un mot . Le premier de chaque équipe doit au plus vite venir montrer le mot demandé, puis se placer derrière ses camarades. Tout mot montré en premier donne un point à l’équipe.
b - production orale :
- Lecture sur les lèvres : vous dîtes aux élèves que vous n’avez plus de voix et que vous ne pouvez prononcer à haute voix. Ils vont devoir être attentifs et dire ce qu’ils « lisent » sur vos lèvres. (corriger systématiquement les erreurs de prononciation).
- Lecture sur différentes intonations : dessiner au tableau un escargot ; en dessous écrire : « psst ! », puis en-dessous encore écrire « eine Dame » , puis « ein Roboter », et enfin « ein Polizist ». Montrer une BK, par exemple « Laterne », et montrer ensuite l’escargot. Prononcer le mot « Laterne » très lentement ; montrer ensuite « Psst ! », et parler à voix basse. Dès que les élèves ont compris l’activité, faire prononcer les mots sur différentes intonations, en montrant à chaque fois le type d’intonation symbolisé par une illustration ou un personnage. Proposer la prononciation de tous les mots.
- Faire apprendre la chanson aux enfants, par tronçons.
c - compréhension écrite :
- Oraliser les mots : Sonne, Laterne, Mond, Stern, Licht, tout en montrant les étiquettes ; placer ces étiquettes au tableau : distribuer les 5 BK correspondantes à 5 élèves. Ils vont devoir venir placer les BK sous les WK (Wortkarten)
- Oraliser les étiquettes-phrases du chant, dans le désordre. Donner les étiquettes phrases aux élèves, qui devront venir au tableau et les tenir les unes sous les autres pour reconstituer le chant. Lorsque l’ordre est validé par l’ensemble de la classe, les étiquettes sont fixées au tableau
d - production écrite :
- faire recopier la chanson dans le cahier au milieu de la page. Autour du texte, dessiner les mots particulièrement travaillés, et leur faire relier chaque mot à son image. Faire colorier, passer dans les rangs, corriger les fautes, mettre un petit tampon « d’évaluation » du travail etc.
Pour les enfants les plus lents, on pourra donner le chant illustré, ils n’auront plus qu’à colorier.

5° - Faire confectionner une lanterne et défiler les enfants avec leur création, tout en chantant.
Eventuellement, on pourra raconter l’album « Laterne, Laterne », publié chez Ravensburger (voir plus bas).

 Niveau CM1, travail autour du chant « Ich geh mit meiner Laterne »

Une version en musique est disponible sur les sites suivants :

Ich geh mit meiner Laterne
Und meine Laterne mit mir.
Dort oben leuchten die Sterne
Und unten leuchten wir.
Mein Licht ist aus,
Ich geh nach Haus,
Rabimmel, rabammel, rabum

Ich geh’ mit meiner Laterne
Und meine Laterne mit mir.
Dort oben leuchten die Sterne,
Hier unten, da leuchten wir.
Der Hahn, der kräht, die Katz miaut.
Rabimmel, rabammel, rabum. Rabimmel, rabammel, rabum.
Der Hahn, der kräht, die Katz miaut.
Rabimmel, rabammel, rabum. Rabimmel, rabammel, rabum.

L’exploitation de ce chant se fera comme au CE2.
Vous aurez besoin de six Bildkarten  : lanterne, étoiles, bougie allumée, maison, chat, coq.

 Niveau CM2 - die Martinslegende auf Deutsch

Vous aurez besoin de cinq Bildkarten qui correspondent aux textes suivants que les élèves doivent coller sous les images :

  • Martin ist ein Soldat.
  • Er reitet auf einem Pferd.
  • Es ist das Jahr 337, in Amiens. Es ist Winter, es ist kalt.
  • Martin sieht einen armen Mann. Er friert. Es ist so kalt draußen.
  • Martin teilt seinen Mantel. Er schenkt die Hälfte dem armen Mann.

 Fabrication d’une lanterne - différents modèles Bastelanleitungen en allemand !

- Exemple 1 Luftballonlaterne
- Exemple 2 Papiertütenlaterne
- Exemple 3 Pergamentlaterne
- Exemple 4
- Exemple 5 Runde Papplaterne
- Exemple 6 Eckige Pergamentlaterne

 La légende de St Martin

Fêté le 11 novembre

Apôtre des Gaules
Evêque de Tours
vers 317-397

Histoire et légende
Martin fut, durant tout le Moyen-Age et jusqu’à une époque récente, le saint le plus populaire de France. Sa vie nous est connue par ses premiers biographes : Grégoire de Tours et Sulpice Sévère. c’est également à ces deux personnages que nous devons les nombreux épisodes légendaires liés à la vie de saint Martin.

Martin est né en Pannonie ( la Hongrie actuelle) et se retrouve enrôlé très jeune dans les légions romaines en Italie et en Gaule. Durant l’hiver 337, alors qu’il se trouvait à Amiens, il rencontre un mendiant nu et grelottant de froid à qui il donne la moitié de son manteau (on précisera plus tard qu’il n’en donne qu’une moitié car l’autre moitié reste la propriété de l’armée romaine). Le Christ lui apparaîtra pendant la nuit suivante, revêtu du demi-manteau donné au pauvre. Martin décide alors de quitter l’armée et de se convertir. Il sera baptisé et se met au service de l’illustre saint Hilaire, évêque de Poitiers.

Après avoir fondé le monastère de Ligugé, Martin devient évêque de Tours en 370. Bien qu’il occupe ce poste durant 26 ans, il continuera à vivre en moine au monastère de Noirmoutier qu’il fonde sur la Loire. Il consacrera toute sa vie à détruire les temples païens et à les remplacer par des églises, ce qui lui vaut le titre d’« apôtre de la Gaule ».

Après la mort de saint Martin, Tours est devenue l’un des grands centres de pèlerinage européen. La chape de saint Martin constituait la plus précieuse relique sur le sol de la France et les rois mérovingiens et carolingiens en firent un symbole de leur dynastie. C’est ce mot « chape » qui est à l’origine du mot « chapelle ».

Représentations
L’iconographie de saint Martin est particulièrement abondante. En voici les thèmes principaux :

Il est figuré en soldat romain ou en évêque. l’épisode de la « charité », c’est-à-dire le partage du manteau est le plus courant. On le voit généralement à cheval (souvent sur un cheval de grande taille) et habillé d’un grand manteau. Le mendiant est presque nu et parfois nimbé.
on met parfois en scène la « seconde charité » ou « messe de saint Martin » où il célèbre l’office revêtu d’une pauvre tunique car vient de donner ses vêtements à un pauvre. Les anges descendent du ciel, précédés d’un globe de feu, pour le vêtir plus dignement. parmi les miracles qui lui sont attribués, le plus fréquemment représenté est celui du pin abattu : lors de ses campagnes d’évangélisation, Martin demandait à des païens d’abattre le pin qu’ils vénéraient. Les païens acceptent à la condition que le saint se laisse attacher à l’arbre du côté où il tomberait. D’un signe de croix, Martin fera tomber l’arbre de l’autre côté.
On voit également Martin en protecteur des animaux, notamment des ânes et des chevaux. La Légende Dorée raconte que, en route vers Rome, Martin voit son âne dévoré par un ours pendant la traversée des Alpes. Il transforme alors l’ours en bête de somme et lui ordonne de porter ses bagages jusqu’à Rome, avant de lui rendre la liberté. C’est cet épisode qui est à l’origine du nom de Martin généralement donné aux ours.

Commentaires
Rien qu’en France, plus de 450 communes et près de 5.000 églises sont dédiées à saint Martin. Dans les localités qui comptent plusieurs églises dont une église Saint-Martin, celle-ci est presque toujours la plus ancienne. Une étude réalisée en Belgique montre que la concentration des églises Saint-Martin est plus importante à proximité immédiate des anciennes voies dites « romaines » et qu’elle décroît rapidement au fur et à mesure que l’on s’éloigne de ces voies. Ceci confirme que le christianisme nous a bien été imposé par les légions romaines et que la christianisation ne touchait, dans un premier temps, que les villes. A la campagne, les survivances païennes étaient beaucoup plus tenaces. Le mot « païen » vient d’ailleurs du latin paganus, paysan.

C’est à saint Martin que nous devons, en grande partie, la destruction de la culture celtique et gauloise. Ce n’est que plus tard, lorsque le repli des légions romaines permettra l’arrivée de missionnaires venus d’Irlande, que les survivances druidiques resurgiront. L’un de ces missionnaires sera saint Colomban (fêté le 23 novembre). On lui doit le mariage harmonieux entre traditions druidiques et traditions chrétiennes que l’on retrouve dans la Règle bénédictine et chez saint Bernard.

 Pour aller plus loin

Les sites :
- Martinslieder
- Sankt Martin von Tours (Geschichte, Legende, Lexikon, Laterne, Lieder, Rezepte)
- Raconter la légende de la Saint Martin (exemple)
- Montrer une illustration de ce personnage

Livre :
- L’album « Laterne, Laterne », publié chez Ravensburger. (environ 10 €)

Pour contacter Corinne Marchois, cliquez sur son nom en haut de l’article.



Site académique d'allemand
Responsable éditorial : M. Pierre-Yves Duwoye, recteur - Responsable de la rédaction : Mme. Torres, IA-IPR
Webmestre : Katrin Goldmann