Compte-rendu de la mise en place d’une lecture suivie et de la rencontre avec l’auteur

, par Carola Schöne

En bref

public : classe de Première ES-S – allemand LV2
volume horaire : 2h hebdomadaires
lecture : roman Der Rabe ist Acht, écrit par Corinna Antelmann

Avant la mise en place de la lecture suivie :
Objectifs :
Améliorer l’apprentissage de l’allemand en

  • renforçant l’exposition des élèves à la langue cible
  • renforçant l’apprentissage du vocabulaire relevant du champ lexical de la vie quotidienne
  • renforçant la motivation des élèves

Explication des objectifs :

Enseignant depuis 4 ans dans un établissement d’un bon niveau, mais dans lequel, notamment en classe de Première et de Terminale, l’accent est fortement mis sur les sciences, en août 2015, je me suis mis à la recherche d’une lecture suivie qui augmenterait l’exposition des élèves à l’allemand, au-delà des deux heures hebdomadaires de cours, leur donnerait envie de découvrir d’autres œuvres de la littérature germanophone et les familiariserait davantage avec le champ lexical de la vie quotidienne. J’avais déjà pratiqué la lecture suivie auparavant, majoritairement avec des œuvres éditées en édition adaptée à l’enseignement de l’allemand en tant que langue étrangère. Ainsi, j’ai pu étudier dans la collection « easy readers » par exemple « Die Weiße Rose » (source : http://www.klett-sprachen.de/die-weisse-rose/t-1/9783126755153) en classe de Première ou encore « Am kürzeren Ende der Sonnenallee » (source : http://www.klett-sprachen.de/am-kuerzeren-ende-der-sonnenallee/t-1/9783126757195) en classe de Terminale.

L’avantage de ces deux exemples résidant dans le fait que chaque lecture existe en version cinématographique dont j’ai montré des extraits après la lecture. Cela m’a permis de fortement renforcer la motivation des élèves qui, non seulement avaient la satisfaction d’avoir lu une œuvre en langue originale, mais encore avaient celle d’être capable de suivre et comprendre un film en allemand.

Pendant l’année scolaire 2015-2016, une grande partie des élèves avaient déjà étudié le film « Die letzten Tage der Sophie Scholl » et je n’ai donc pas voulu leur imposer une lecture dont ils connaissaient les grandes lignes. Faire un projet de lecture autour du roman Der Rabe ist Acht et rencontrer l’auteure, Corinna Antelmann, me semblaient être le facteur motivant qu’avait été dans les exemples cités ci-dessus le visionnage de l’adaptation cinématographique.

Projet retenu :

  • faire lire l’intégralité du roman Der Rabe ist Acht par tous les élèves,
  • analyser quelques aspects précis en classe,
  • rencontrer l’auteur

Poursuite du projet au-delà du cours d’allemand :
- en collaboration avec une collègue de lettres : faire faire un compte-rendu par les élèves germanistes au reste de la classe dans le cadre du cours de français
- mention de la lecture et du projet sur les listes de lecture des élèves germanistes en vue de la passation de l’épreuve anticipée de français dans le cadre du baccalauréat en fin d’année (proposée par la collègue de lettres)

Explication du projet :

Même s’il s’agit d’une œuvre longue (221 pages) et exigeante (niveau de langue élevé), j’ai estimé qu’il était important de faire lire l’intégralité du roman pour avoir le bénéfice de l’exposition à la langue cible à long terme, la possibilité de créer des automatismes, à force d’être exposé à répétition aux mêmes faits de langue et pour permettre aux élèves d’avoir la satisfaction d’avoir lu un livre en entier.

Pour valoriser cette lecture, j’ai choisi de réfléchir avec le professeur de français de la classe concernée à une possibilité de l’exploiter dans le cadre de son cours. C’est elle, qui, après la lecture de l’œuvre, m’a proposé de l’exploiter dans le cadre de sa partie de cours sur la polyphonie dans le roman. Et c’est encore elle qui a émis l’idée de mentionner cette lecture sur la liste de lecture pour l’épreuve anticipée de français dans le cadre du baccalauréat, tout en indiquant qu’elle s’était faite en langue originale et avait donné lieu à une rencontre avec l’auteur.

Mise en œuvre de la lecture suivie

  • Temps consacré au projet : 5 mois, de novembre à fin mars
  • Volume horaire : 2h de présentation et d’introduction de l’œuvre, ensuite 15-20’ hebdomadaires pour des bilans réguliers, 3x 1h pour des bilans d’étape, 1h pour lire la fin du roman ensemble en classe, 2h pour la préparation de la rencontre avec l’auteure.

J’ai utilisé les deux heures hebdomadaires à la rentrée des vacances de la Toussaint pour faire découvrir le projet et le roman aux élèves. Dans un premier temps, je leur ai expliqué le déroulé du projet : lecture en classe, lecture à la maison, bilans, rencontre avec l’auteur, bilan pour les élèves non-germanistes. Dans un deuxième temps, nous avons analysé le titre, la couverture et la quatrième de couverture ainsi que la structure du roman avec les symboles associés et nous avons pu dégager la polyphonie (roman raconté à deux voix), découvrir les deux protagonistes avec leurs symboles iconographiques, la fonction centrale du corbeau et l’importance des chiffres et des nombres.

Nous avons pris ensuite le temps de lire ensemble en classe les 18 premières pages (= les deux premiers chapitres). Ceci a permis de poser le cadre de l’histoire (personnages, lieux, problématique...).

Pendant la lecture, j’ai projeté du vocabulaire au tableau que les élèves pouvaient utiliser selon leurs besoins (cf. fiche A).

Par la suite, les élèves ont lu entre 10 et 20 pages par semaine à la maison et on dû compléter des fiches de travail (cf. fiche B) que nous avons corrigées une fois par semaine en 15-20’ en classe.

A trois reprises, j’ai pris une heure de cours pour faire des analyses plus approfondies, discuter en classe des différents points de vue des uns et des autres et des questions ouvertes.

Les 15 dernières pages qui constituent l’apogée ont été lues ensemble en classe.

Préparation et rencontre avec l’auteure

2 heures : En plénière, nous avons fait le bilan de la lecture, discuté les attentes des élèves quant à la rencontre avec l’auteure, arrêté le déroulé de la rencontre et dégagé les thèmes que nous souhaitions aborder. (cf. fiche C)
Ensuite, les élèves ont discuté et noté en groupe des questions relatives à ces thèmes.

Nous avons fait le bilan général et réparti les questions parmi les élèves.
Pour préparer la partie biographique sur l’auteure, j’ai également distribué des objets / photos (cf. fiche D) parmi les élèves volontaires pour qu’ils puissent poser des questions à partir desquelles l’auteure pouvait raconter différents aspects de sa biographie.

La rencontre

Temps : 2 heures
Déroulé : A) partie biographique ; B) lecture de différents passages du roman ; C) questions des élèves et discussion avec l’auteure

A) Les élèves ont soumis des objets / photos à l’auteure en lui posant des questions sur le lien entre l’objet et elle et l’auteure a donc pu évoquer différents aspects de sa biographie de façon interactive.

B) Lors du bilan sur la lecture, nous nous étions mis d’accord sur deux passages qui avaient particulièrement plu aux élèves et que l’auteure nous a lus. Cette lecture a été suivie d’une lecture commune de la même scène dans le script de la pièce de théâtre, tirée du roman, que l’auteure nous avait apportée mais qui n’a pas encore été jouée.

C) Enfin, pour chaque thème que nous avions voulu aborder, les élèves ont, dans un premier temps, résumé ce qu’ils savaient et ont ensuite posé leurs questions qui ont été affichées au fur et à mesure au tableau et ont donné lieu à une discussion animée.

Bilan


a) Difficultés rencontrées et améliorations à apporter

La première difficulté rencontrée a été la surcharge de vocabulaire inconnu au début de la lecture à laquelle j’ai essayé de remédier en projetant une liste de mots traduits au tableau mais que j’ai voulue trop exhaustive et qui n’a pas été utile pour tous les élèves. Elle l’a été davantage pour la lecture à la maison puisque je l’envoyais par mail en amont des lectures à faire. Je referais ce travail pour la maison mais choisirais un autre mode opératoire pour la lecture en cours.
La deuxième difficulté a été l’hétérogénéité du groupe. La classe était majoritairement constituée de bons, voire très bons élèves et le quart d’élèves en vraie difficulté s’est senti vite découragé, non seulement face à une lecture très difficile pour eux, mais également à l’aisance avec laquelle les autres s’appropriaient le texte et finalement à la frustration en découvrant que le texte avec lequel ils se battaient abordait des questions qui les intéressaient tout autant que les autres et dont ils auraient voulu débattre avec plus de facilité. A trois reprises, j’ai donc choisi de faire venir les volontaires parmi les élèves en difficulté une heure supplémentaire et nous avons résumé en français ce qu’ils avaient compris et avons relu et expliqué certains passages difficiles. J’ai également discuté avec eux en français des questions d’interprétation. Ceci a eu pour effet que plusieurs élèves – pas tous – ont réussi à retrouver un intérêt à la lecture et ont reparticipé davantage en classe.
La troisième difficulté a été la longueur du roman et la répartition de la lecture sur quatre mois, ce qui a engendré à plusieurs reprises un relâchement de la concentration et de la motivation. J’avais choisi cette répartition dans la mesure où, ne disposant que de deux heures hebdomadaires et traitant d’autres sujets en parallèle, je n’avais pas voulu augmenter le temps de lecture, ni en cours, ni à la maison. Le bilan final a montré que dans l’absolu, ceci n’a pas porté préjudice à l’atteinte de l’objectif fixé, mais, à l’avenir, je chercherai un moyen pour réduire l’étendue de la lecture dans le temps.

b) Bilan élèves

Globalement, il s’agit d’un bilan positif. Dans leurs bilans écrits (cf. fiches E et F), beaucoup ont souligné l’apport positif de la lecture pour leur apprentissage de l’allemand, la satisfaction d’avoir lu un livre intégralement en langue étrangère et l’événement enrichissant qu’avait constitué la rencontre avec l’auteure.

c) Bilan professeur
Les objectifs fixés ont été atteints selon la répartition suivante :
- exposition plus importante à la langue cible : tous les élèves (ceci était visible aussi bien dans le travail sur les fiches qui étaient à compléter pour chaque passage lu que lors de l’évaluation de l’expression orale en continu qui a eu lieu après la fin de la lecture et la rencontre avec l’auteur – cf. fiches G, H + enregistrement audio élèves a + b mündliche Prüfung zur Lektüre Der Rabe ist Acht )
- renforcement de l’apprentissage du vocabulaire relevant du champ lexical du quotidien : 75% des élèves
- renforcement de la motivation : 30% des élèves pour la lecture en langue originale de façon générale (en dehors du cours) ; 90% des élèves pour refaire une lecture suivie en cours
Globalement, mon bilan est très positif, j’ai ressenti auprès de beaucoup d’élèves un plaisir réel de lire et de débattre des passages lus en cours. Ceci est évidemment également dû au roman lui-même qui a été écrit pour des jeunes et traite de questions les concernant comme la recherche identitaire, l’amour, le monde des adultes, la violence...

Par ailleurs, la rencontre avec l’auteure a donné lieu à de vrais échanges, et j’ai notamment vu des élèves plutôt en difficulté faire des efforts importants pour réussir à se faire comprendre.

La lecture suivie couplée à une rencontre avec l’auteur a été pour moi une expérience que je recommencerai sans aucune hésitation.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)