Différencier pour améliorer les performances des élèves en expression écrite

, par Mme Sevegrand

En bref

Problématique : comment faire progresser des élèves de 6ème en expression écrite en prenant en compte la nature différente de leurs erreurs et en différenciant la remédiation ?

Mots-clés : Pédagogie de l’explicitation, aides différenciées, travail en îlots, stratégies d’apprentissage, développer les compétences de tous les élèves en expression écrite, remédier

Classe concernée par l’expérimentation : 6ème bilangue, 26 élèves

Contexte des activités mises en œuvre  : En début d’année, lors de la correction d’une production écrite qui consistait à « présenter son école », des écarts de compétence apparaissent déjà dans la maîtrise de cette compétence et il est constaté que les erreurs récurrentes diffèrent selon les élèves.

Mise en œuvre

Après avoir corrigé les expressions écrites de mes 6è, je me suis rendu compte que certaines erreurs revenaient souvent. J’ai pu identifier plusieurs catégories de productions écrites :
- des élèves n’avaient pas réussi à distinguer le masculin et le féminin pour mein/meine,
- un élève avait fait des erreurs de conjugaison,
- un groupe de 6 élèves n’avait pas assez développé sa présentation,
- un autre groupe n’avait pas réussi à retenir le lexique,
huit élèves avaient fait un très bon travail, sans fautes.

Pour chaque groupe, j’ai préparé une activité de remédiation (ou d’approfondissement pour le groupe n’ayant eu aucun problème). En début de cours, j’ai rendu les tests corrigés et j’ai distribué et projeté mon document Word (document ci-après) qui renseignait les élèves sur la constitution des groupes et les activités à faire. Une fois les consignes explicitées, les élèves ont travaillé en groupe, en autonomie, une forme de travail qui leur est familière et qui est favorisée par leur installation à des tables disposées en îlots.

Vous pouvez télécharger l’article intégral en format pdf.

Bilan

Ce travail a permis de cibler plus précisément les difficultés des élèves. Le travail en groupes a favorisé l’entraide. Beaucoup d’élèves ont compris leurs erreurs grâce à ce retour en arrière sur le travail fourni.

Les élèves ayant très bien réussi le test ont été valorisés en allant plus loin (en faisant des exercices en plus) et en venant en aide aux autres dans le cadre d’un travail collaboratif.

Le travail en groupes est motivant et désinhibe les plus timides qui ont peur de se tromper. Le fait d’échanger entre pairs, même sur des aspects grammaticaux, permet d’avoir une autre approche, une autre manière de dire, peut-être plus claire (car venant d’un autre apprenant) que celle de l’enseignant. Certains groupes ont pu se pencher un peu plus sur les stratégies d’apprentissage, en particulier pour mémoriser le lexique, tester plusieurs méthodes, confronter leur façon de faire avec les autres.
Tous ont en tout cas été motivés par cette activité de remédiation qui les a forcés à avoir une approche plus réflexive de leur travail. Ce travail de remédiation différenciée a certes pris plus de temps qu’une correction commune de contrôle en plénière, que ce soit pour l’analyse des erreurs et la préparation des activités ou pour le temps passé en clase. Mais de cette manière, tous les élèves ont été actifs.
Les activités de remédiation en expression écrite ont été régulièrement différenciées tout au long de l’année.

Informations sur l’auteur

- Nom du professeur : Mme Sevegrand
- Etablissement : Collège Cécile Sorel de Mériel

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)