Dossier thématique : « Entraîner et évaluer la compréhension de l’écrit »

La lecture – passage obligé pour la réalisation d’une autre tâche.

, par Brigitte Benhamou

En bref

  • Domaine de travail : La lecture – passage obligé pour la réalisation d’une autre tâche.
  • Problématique  : Comment dédramatiser la compréhension de l’écrit et motiver les élèves à lire un texte long en autonomie ?
  • Classe  : 2nde, LV2
  • Niveaux de compétence en CE : de A1 à B1
  • Contexte de l’activité de lecture : on termine l’année scolaire avec la lecture longue

Constat

Au début de l’année scolaire, il s’avérait après une évaluation diagnostique qu’environ deux tiers des élèves de la classe avaient un niveau fragile en compréhension de l’écrit. Ils étaient vite découragés quand ils devaient lire une dizaine de lignes en autonomie. Leur réaction se résumait ainsi : "Ce n’est pas de notre niveau, on ne comprend rien." Suite à ce constat, diverses stratégies et aides ont été mises en place pour faire progresser les élèves dans cette activité langagière et pour les mettre en confiance, notamment dans le cadre d’une pédagogie différenciée des supports adaptés à leur niveau respectif et de longueurs différentes, le recours systématique à la décomposition des mots composés, un travail sur les liens logiques afin de reconstruire le sens du message écrit, l’apprentissage, et des contrôles réguliers de vocabulaire, le travail en binôme, etc.. Ces stratégies ont permis à la plupart des élèves en difficulté de progresser et d’atteindre un niveau A2 à la fin du troisième trimestre. Mais ils étaient toujours réticents à aborder une lecture longue.

Mise en œuvre de l’activité

Malgré ces réticences, j’ai décidé de consacrer les dernières séances de l’année à la lecture d’un extrait du roman
« Engel von Berlin » de Doris Meissner- Johannknecht © 2005 Arena Verlag GmbH Würzburg.

Dans cet extrait, le lecteur découvre l’histoire d’une jeune fille à travers des monologues intérieurs successifs des deux personnages principaux. Cette jeune fille, issue d’un milieu bourgeois, renvoyée de son internat en Suisse suite à une dépression nerveuse causée par le départ de son meilleur ami aux Etats-Unis, vit depuis à Berlin – Charlottenburg chez sa mère pour qui seul son travail et sa carrière comptent. Au début de l’extrait, la protagoniste doit se rendre pour la première fois dans son nouveau lycée, la « Herder-Oberschule ». Elle se trouve seule devant la porte de l’établissement et n’arrive pas à y entrer. A ce moment là, elle fait la rencontre d’un jeune Punk qui s’appelle « Ratte ».

Afin de dédramatiser cette lecture longue, les élèves étaient invités à accomplir une tâche qui, à priori, devait les motiver. En effet, dans ma démarche je me suis appuyée sur le projet théâtre, mené par les professeurs de français, d’anglais et d’espagnol au cours de l’année dans une des quatre classes qui composent la classe d’allemand. Ce projet avait remporté un franc succès. La tâche que j’ai proposée était en lien avec le projet théâtre et consistait à se mettre dans la peau d’un réalisateur de cinéma désirant porter l’extrait à l’écran sous la forme d’un court-métrage.
A partir de cette lecture suivie les élèves sont invités à
-  rédiger d’abord le script de la rencontre des deux principaux personnages et à jouer le sketch,
-  rédiger ensuite le script de la rencontre de la mère et de son petit ami le « Dr Klose » avec Ratte et la jeune fille
-  proposer enfin un casting pour la jeune fille, Ratte, la mère et le Dr Klose en justifiant leur choix.

La tâche est conçue de telle sorte que pour la première étape la compréhension globale suffit, et que les deux étapes suivantes nécessitent une compréhension de plus en plus fine du texte incluant l’implicite.

Dans un premier temps, la lecture était guidée, mais l’objectif était d’amener les élèves petit à petit à lire d’une manière autonome.
La première séance était consacrée à lever les obstacles de la première partie du texte très descriptive et plus difficile d’accès. Nous avons commencé en plénière par la projection de la photo de la « Herder-Oberschule » et les élèves ont émis des hypothèses concernant ce bâtiment. Ils ont proposé ein Krankenhaus, ein Gefängnis etc. avant de penser à un lycée. Ensuite, à partir d’une photo de Charlottenburg, les élèves répondent aux questions « Wer könnte da wohnen ? » et « Möchtest du da wohnen ? Warum ? Warum nicht ?. Ensuite les élèves sont invités à lire individuellement le texte et grâce à ce travail préalable, il s’avère qu’ils ont dans l’ensemble bien compris ce passage pourtant ardu.

A la maison, les garçons devaient lire le monologue de « Ratte » et le filles celui de la protagoniste.
_La deuxième séance était consacrée à la mise en commun de ce que les élèves avaient compris individuellement. Pour cela, j’ai formé d’abord des groupes uniquement de garçons et des groupes uniquement de filles en veillant à ce que dans chaque groupe se trouvent des élèves d’un niveau plus confirmé afin d’aider ceux d’un niveau plus fragile. Je leur ai laissé assez de temps pour échanger et pour relire les passages moins bien compris. Ensuite, les filles tiraient au sort leurs partenaires pour former des groupes de quatre élèves. A tour de rôle, elles piochaient dans un premier gobelet qui contenait les noms des élèves d’un niveau confirmé et ensuite dans le deuxième avec les noms des élèves d’un niveau plus fragile, l’objectif étant de former des groupes hétérogènes afin que les élèves puissent s’entraider. Les filles devaient alors raconter aux garçons ce qu’elles avaient lu et les garçons procédèrent ensuite de la même manière. Si nécessaire, ils devaient relire les passages du texte qui posaient problème.
_A partir de la 3ème séance, les élèves commençaient à rédiger les scénarios. Ils ont appris par cœur leurs rôles avant de jouer et ils ont filmé les sketches. Les élèves ont ensuite voté pour le meilleur scénario et le casting le plus pertinent en justifiant leur choix.

Bilan

Le résultat de cette expérimentation est très positif. Tous les élèves ont contribué à sa réussite. Les élèves ont surmonté et dépassé les entraves à la compréhension de l’écrit au cours de cette lecture autonome grâce à une réelle motivation. L’alternance des formes de travail et l’entraide ont permis aux élèves d’accéder au sens profond du texte. Les scénarios ainsi que les justifications des castings l’ont prouvé. C’était un plaisir de terminer l’année scolaire ainsi.

Brigitte Benhamou - lycée Léonard de Vinci, Levallois-Perret

Voir en ligne : Retour vers le sommaire

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)