« ECRIRE EN ALLEMAND. POURQUOI ? COMMENT ? »

Comment motiver à l’écriture par une écriture créative : les carnets de voyage

, par Cécile Brunet

En bref

Domaine de travail :
Donner du sens à l’écriture : écrire pour se souvenir : élaborer un journal de voyage.

Problématique :
Comment motiver les élèves à l’expression écrite, souvent assimilée à l’évaluation et plus rarement abordée avec la notion de plaisir. L’objectif est de remédier au blocage face à la page blanche : « je ne sais pas quoi écrire… »

Classe / groupe d’expérimentation :
Groupe d’élèves issus de classes de 1ère et Terminales, LV1 et LV2 confondues, certains en cursus de section européenne, d’autres en grande difficulté à l’écrit, tant en cours d’allemand que dans les autres matières. Forte réticence de quelques élèves face à l’écrit : leur graphie même en est parfois un symptôme (copies illisibles, mal présentées, pattes de mouche…) voire même pour l’un d’entre eux le refus total d’écrire : copie très partielle ou blanche…

Préparation en amont
Etudes de textes concernant la destination du voyage (articles, texte littéraire)
Elaboration du livre de bord qui accompagnera pendant le voyage et incitera à collecter des impressions, des objets

Sens de l’écriture et tâche finale :
Fabriquer un journal de voyage qui sera présenté aux parents lors de la journée portes ouvertes de l’établissement, mais surtout fabriquer pour soi même un objet souvenir du voyage.

Mise en œuvre de l’activité

1ere phase de préparation : découverte du lieu du séjour à travers différents textes

J’ai choisi la Ruhr comme but de voyage : capitale européenne 2010 (Transformation d’une région industrielle en centre de créativité : « le changement par la culture, le bassin des idées »).

En visitant des sites significatifs de la région et de son passé industriel et économique, les élèves ont abordé la thématique de la construction européenne et de la naissance de l’Union européenne et appréhendé le rôle de l’enjeu économique et industriel dans cette construction. Ils ont également été sensibilisés à la transformation du paysage urbain, au passage du passé vers le présent et l’avenir.

Préparation en amont :

  • Etudes de textes concernant la destination du voyage (articles, texte littéraire)
  • Elaboration du livre de bord qui accompagnera pendant le voyage et incitera à collecter des impressions, des objets

Supports : un article de presse, une publicité, un texte littéraire (« meine Stadt » Max von der Grün)
Le texte descriptif de Max von der Grün est traité en compréhension de l’écrit : les élèves relèvent et classent les éléments selon différentes catégories : impressions visuelles, olfactives, comportements, couleurs… plusieurs élèves dessinent le tableau de la Ruhr que nous dépeint l’auteur.

A partir de l’article : « eine Region im Imagewandel, Kunst statt Kohle », nous réalisons des associogrammes, calligrammes et Mindmap : il s’agit de l’étape d’acquisition de vocabulaire spécifique nécessaire au voyage.

Une publicité avec photo de la Zeche Zollverein (« Kultur, eine neue Energie ») sert de support à la rédaction de courtes publicités pour la région (avec slogan) en réutilisant les informations sur la région découvertes dans l’article précédemment cité.

Elaboration du livret de bord du voyage :
C’est un outil qui sera particulièrement important, car c’est lui qui permet de fixer la volatilité des sensations éprouvées, les connaissances acquises et il sera le support qui permettra par la suite la rédaction individuelle du journal. Outre le fait que, de par sa forme, il incite à écrire quotidiennement, (il y a un agenda vierge pour la prise de note au jour le jour) …. Il est aussi une aide lexicale (glossaire d’expressions des sentiments, des 5 sens). Il comporte également de petits questionnaires afin d’apprendre à ouvrir l’œil sur les choses du quotidien (ce que l’on voit du paysage urbain, l’observation précise des lieux, des gens…), il rappelle pour finir qu’il est par exemple souhaitable de régulièrement ramasser de petits objets (tickets..) et collecter tout ce qui sera utile à l’élaboration du carnet.

2° phase : l’activité d’écriture durant le voyage

Les élèves ont constamment leur livret avec eux. Entre les visites, des temps de pauses et de réflexion individuelle sont systématiquement proposés : les élèves sont invités à consigner leurs impressions et sentiments, leurs coups de cœurs, noter ce qu’ils ont appris. Ils en profitent pour en parler avec le professeur, demander des renseignements, des explications, faire part de leurs réactions. Le livret de bord a alors une fonction de « brouillon » officieux. Certains élèves ont déjà collecté de nombreux petits objets (prospectus, tickets..), d’autres ont commencé à esquisser quelques croquis. Tous rédigent quelques phrases, collectent du vocabulaire.
Au retour, ils disposent d’un délai pour fournir leur carnet terminé : ils ont le choix de la présentation. (photos, collages, dessins, caricatures…)

Bilan

Cette démarche a pour but d’intégrer à l’apprentissage les motivations et les ressources d’invention des élèves. Ayant perçu cette écriture comme une tâche ludique, tous les élèves ont fourni un carnet de voyage selon leur personnalité. Les élèves qui rédigeaient jusqu’alors avec un niveau de compétences A2 ont de fait fourni une production de niveau B1 en décrivant de façon détaillée leurs sentiments et réactions tout en rendant compte du voyage.
Les séances en classe ont permis d’aménager les phases d’appropriation et de sensibilisation qui sont les étapes essentielles et nécessaires à la réalisation de la tâche finale d’écriture personnelle et individuelle. Les mini-tâches d’écriture (élaborer un associogramme, un calligramme ou une carte heuristique, rédiger une publicité) ont donné lieu à différents types d’écrits, ce qui a permis aux élèves d’entrer progressivement dans l’écriture tout en testant et en s’appropriant différents styles.
Tous les carnets ont été évalués en tenant compte, outre les qualités rédactionnelles, de la compétence à élaborer un livret esthétique et original : mais plus que la note, c’était surtout la fierté lorsque les élèves ont présenté leurs productions à leurs camarades qui leur importait….
Tous ont « oublié » qu’il s’agissait d’un travail d’écriture, car la forme proposée n’est pas celle que l’on rencontre traditionnellement dans le cadre scolaire, même le professeur, car comment considérer ces productions comme une copie classique et oser y apposer son stylo rouge ? Seules quelques pages du carnet ont été révisées par les élèves sur mes recommandations.

Ecriture créative - descripteurs du CECRL

B2 Peut écrire des descriptions élaborées d’événements et d’expériences réels ou imaginaires en indiquant la relation entre les idées dans un texte articulé et en respectant les règles du genre en question.

Peut écrire des descriptions claires et détaillées sur une variété de sujets en rapport avec son domaine d’intérêt.

B1 Peut faire le compte rendu d’expériences en décrivant ses sentiments et ses réactions dans un texte simple et articulé.

Peut écrire la description d’un événement, un voyage récent, réel ou imaginé.

A2 Peut écrire sur les aspects quotidiens de son environnement, par exemple les gens, les lieux, le travail ou les études, avec des phrases reliées entre elles.

Peut faire une description brève et élémentaire d’un événement, d’activités passées et d’expériences personnelles.

Exemples de travaux d’élèves

- Retour au sommaire du dossier
- Télécharger cet article en format pdf
- Retour à l’article précédent du dossier.
- Suite du dossier : 6.

Voir en ligne : Retour vers l’introduction au dossier

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)